Safari en pays de livres

05 juillet 2021

What does it take to succeed in business? The 2nd ingredient : knowledge

I put confidence before knowledge because a person may have the knowledge, and yet lack the confidence to set up their own company

Regarding knowledge, I heard sad stories about people who started a company in a field only because it is profitable, even if they had not the necessary knowledge about it.

So my advice is to try to build your business on an idea you’re knowledgeable about. In general, it is important to have the knowledge about the environement surrounding the businss (market size, laws, suppliers, competitors, etc). This includes knowing your customers, their needs, their preferences, psychological traits. It also includes knowing the suppliers who may turn out to be a source of pressure if they detain power because they are a handful while the clients are numerous. In this regard, I know of a company who stuggles because both its  suppliers and clients are giant companies, so they impose almost everything, from price to payment deadline. For instance, the supplier imposes that the company pays within 7 days, otherwise it will cease the supplies, on the other hand, the client has three months to pay. This gap creates a permanent deficit in the company's cashflow. This kind of unbalanced relationship may drive the business to shut down. Hence, the need to talk to people who are already in the industry, to gain insights about your future position and avoid unpleasant surprises.

In addition to knowing the environement where your company is going to evolve, you should have the technical knowledge about the good or service you intend to put in the market.

If you choose an idea based on engineering, you will eliminate 80% of the potential competitors that have no engineering skills

If you’re an IT engineer and your dad is a legal expert, you'll probably have 95% more chances to succeed than any other competitor if you set up a consulting firm specilized in cyber security.

 

Posté par lamiak à 19:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mai 2021

What does it take to succeed in business?

The first ingredient in my point of view is confidence

1) Confidence

Confidence can be described as having faith in your abilities. Confidence means being comfortable with who you are and having the courage of doing all that you need to do. A psychologist once said that confidence is the number of "I can do" a person is able to state. The last definition is my favorite, because it gives us a concrete advice on how to build and strengthen our self confidence. All you have to do is to extend the "I can do'' list.

Here some advices to enhance your self confidence :

Þ     Set accessible goals and achieve them          

Þ     like earning your first 500 MAD by offering a service as a freelancer, for instance ! (you can go on the web site www.freelancer.ma and try to earn money (like web design, etc)

Þ     wining a prize will also enhance your self confidence

Þ      learning how to cook

Þ     taking a digital marketing class on line and succeeding in it

Þ     like learning how to play the guitar in one year

 

Þ     Each achievement will improve your confidence and hence your perceived ability to accomplish more achievements, like setting up a business

Þ     Do something that scares you

Þ     like giving a talk in a foreign language. It won t scare you anymore once done

Þ     like making a pitch in a national or international competition

Whith each achievement, your self confidence will get stronger, and you’ll feel like you can achieve anything you want. By the way, when I asked Walid Alaoui Mrani, an ensias graduate and successful entrepreneur (of Azur Systems then Djembe communication), about the thing that helped him the most to become an entrepreneur, he said “since I was a 6 years old boy, my mom used to tell me that I could achieve anything I wanted”. So self confidence is the starting point in this adventure

Before I move on to the next ingredient for success, I need to correct some misconceptions.

Sometimes, people tend to confuse shyness with a lack of confidence.

Someone who is shy is said to be nervous or timid in the company of other people. So basically, you can be a shy person, but confident that you can achieve your goals. Shyness is not necessarily a problem unless it leads to social anxiety.

So basically, shyness won’t prevent you from becoming an entrepreneur, as far as you are confident you can do it. The only downside is that shyness may prevent you from building a strong network you can rely on to find new customers, investors, etc. So you have two options, either you find someone to take care of the social aspects for you, or you work on reducing your shyness.

And here, I would to share with you the story of a great entrepreneur with shyness. As a student, this today great entrepreneur used to be a shy person. To combat his shyness, he decided once to go at a café with a friend who was shy as well, and they started to greet strangers, to talk to people they didn’t know, to shake hands, etc. At the end of the experience, they had less trouble talking to acquaintances since they had survived talking to strangers. But given the current context, don’t go shaking hands with people on the street until we’re done with covid :)

 

Next week, I'll be sharing details about the second ingredient to succeed in business, which is knowledge... Stay tunned !

 

Posté par lamiak à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2021

Am i going to succeed, as an entrepreneur?

The first question that I used to hear in entrepreneurship seminars is : Am i going to succeed, as an entrepreneur?

The bad news is that no body knows whether you're going to succeed in your business. In his book, the innovators dilemma, the author Christensen starts by pointing out that when you launch a new product, the only thing you’re sure about is that you don’t know how your potential clients will be responding to your innovation. So basicaly no body knows whether you're going to succeed.

The good news is that there are ingredients that will increase your chances of success, which brings us to the second frequently asked question that I'll be sharing next week :

What does it take to succeed in business?

Posté par lamiak à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2021

Entrepreneurship : frequently asked questions

Entrepreneurship is a subject I am passionate about. Indeed, during the last 10 years, I had the opportunity to attend many entrepreneurship events and to organize one of them, to exchange with and to listen to brilliant Moroccan entrepreneurs like Mouhssine and Zouhair Lakhdissi, Walid Alaoui Mrani, Tarik Fadli, Kamal Reggad, Mounir Trifess. Their experience inspired me into producing a short film on entrepreneurship in Morocco "Creative minds", based on the case of a few entrepreneurs,  I also organized a competition on entrepreneurship a few years ago, supervised a PhD thesis on Startup innovation in Morocco. Finally, I was the faculty advisor of Enactus EMI for two years. All this has helped me to get a picture of what entrepreneurship is about.

In the next weeks, I will be sharing the answers given by entrepreneurs to frequently asked questions like :

What are my chances to succeed, as an entrepreneur?
What does it take to succeed?
Does it neccessarily take money to start a new business?
What if I fail?
When is it better to start?
How can I find a new idea?

I will also be sharing the best advice I read or heard of, while learning on entrepreneurship

 

 

Posté par lamiak à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2021

Les musulmans et les mathématiques 1/2

Voici, de manière pratique, quelques inventions dans le domaine des mathématiques qui distinguent les savants musulmans de leurs prédecesseurs, les gréco-romains :

1) Les chiffres arabes : Le terme "Sifr" qui désigne "zéro" en arabe a donné naissance au terme "chiffres". Dans ce sens, les chiffres arabes ont donné un sens précis à l'importance de l'ordre des chiffres, ce que les chiffres romains ne faisaient pas. En plus, les chiffres arabes ont permis d'aller vers des nombres plus grands alors que ça se compliquait dans les chiffres romains dès qu’on dépassait un certain seuil.

2) L'algèbre et l'inconnue X: Al Khawarizmi, inventeur de l'algèbre, a été le premier à avoir inventé une théorie générale qui permettait de résoudre les équations avec une inconnue x. D'ailleurs le terme "x" trouve son origine dans le terme "chay" qui veut dire "quelque chose", il a été repris sour la forme "xay" puis "x". Les équations avec une inconnue ont ouvert le champ à d autres domaines puisque ces dernières pouvaient être appliquées à différents domaines : architecture, calcul des superficies, etc.

Posté par lamiak à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 avril 2021

Les musulmans et la médecine 2/2

Voici quelques apports concrets que les musulmans ont apporté à la médecine et que les européens leur ont empruntés par la suite :

1) La chirurgie et la suture : Abou Al Kasim Azzahraoui a rédigé le traité d exposition des matières, consacré à différentes branches de la chirurgie : gynécologique, ORL, générale et dentaire. Il a inventé et perfectionné près de 200 instruments qu'on trouve aujourd hui dans musées ou qu'on utilise jusqu'à nos jours, sous une forme plus évoluée. Les Européens lui ont emprunté la suture à base de fils de boyaux d'animaux considérés comme très résistants.

2) La pratique de dissexion était autorisée malgré l'opposition de certains puritains, mais les sultans autorisaient ce qui pouvait faire avancer la médecine, à une époque où l'église du moyen âge interdisait beaucoup de pratiques dans une Europe accusant beaucoup de retard en médecine.

3) Des hopitaux évolués : Lors des croisades, les chrétiens étaient soignés par les musulmans via des interventions chirurgicales. De retour de la Syrie en Europe, les chrétiens demandaient aux gouvernements de construire des hopitaux à l'image de ceux qu'on trouvait dans les pays musulmans.

Posté par lamiak à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2021

Les musulmans et la médecine 1/2

Al Razi d'Iran a rédigé Kitab Al Awi, où il reconnait les connaissances des Grecques qui l ont précédé, tout en les perfectionnant.

Ceci étant dit, comme pour l'astronomie, les musulmans n'ont pas fait que recopier les théories gréco-romaines. Tout en démentant certaines d'entre elles qui étaient erronnées, ils ont apporté des briques qui changeront le cours de la pratique de la médecine, comme nous l'illustrons via les exemples suivants :

1. Reconnaissance des maladies mentales : on doit le plus ancien des hôpitaux connus à Haroun Al Rachid qui l'a construit au 8ème siècle en Iraq. On y distingue déjà maladies mentales, rhumathologie, chirurgie, fièvre etc. Il était conçu pour calmer les nerfs, aider le corps à recouvrer son énergie. Les aliénés n’étaient pas marginalisés comme c'était le cas en Europe de l'époque (moyen âge), et les malades étaient soignés gratuitement et il fallait bien interroger le malade avant de le traiter. A la fin de leur séjour, on leur remettait des habits propres.

2. Découverte de l'anésthésie pour les actes chirurgicaux : Pour combattre la douleur, Azzahraoui a expérimenté des herbes et a trouvé des plantes analgésiques.  Par ailleurs, les médecins musulmans utilisaient une éponge avec de l'opium et d'autres matières apaisantes et somnifères qu'on mettait sur nez de patient qui s'endormait. Dès lors ils pouvaient pratiquer leurs opérationss. Ils ont étudié l'anatomie "التشريح", et ont trouvé des aspects anatomiques mal compris par les anciens, dont l'exemple qu'on citera dans le point qui suit.

3. La machoire n'est pas constituée de deux pièces, contrairement aux écrits grècques : les anciens disaient que la machoire inférieure se composait de deux parties reliées par une couture. Abdellatif Al bagdadi est venu avec cette idée que la machoire est formée d une seule pièce.

4. Circulation sanguine : les trouvailles de Galien et d'Avicenne démenties par Ibn Nafis : Avicenne et  Galien prétendaient qu'entre les deux ventricules, se trouve une ouverture. Il a affirmé que la cloison séparant les deux ventricules est sans ouvertures. Bien des erreurs ont été corrigées par ces médecins.

5. Dissociation de la pharmacie et de la médecine : Les musulmans ont dissocié médecine de pharmacie, cette dernière devient une spécialité entière, on trouvait dès le 11ème siècles à Damas des pharmacies à part entière. Le domaine des plantes s'y est enrichi par des apports venant de l'Inde, d'Iran, etc, qui va accroitre les connaissances en botanique et pharmacopée.

6. Ibn Sina, connu comme Avicenne, originaire de l'Asie Centrale (Ouzbékistan d'aujourd'hui) a tout rassemblé de manière didactique dans ses euvres les principes qui doivent guider le praticien ainsi que les médicaments simples ayant un effet sur le corps humain pour le préserver, le guérir. Son cinquième livre 5ème présente les médicaments composés alliant un agent actif à d'autres ingrédients qui facilitent la pénétration de cette substance.  Jusqu'à la moitié du 17ème siècle, les écrits de Ibn Sina (Avicenne) constituaient la base de la pratique de la médecine. 

 

 

Posté par lamiak à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2021

Astonomie : Ibn Al Haytham, Al Bairouni, Ibn Ach-chater challengent Ptolémée et préparent le terrain à Copernic

Ibn Al Haytham était mathématicien, physicien et astronome.

Apport No 1 : La terre n'est pas immobile au centre de l'espace, tel que l'avançait Ptolémée

En astronomie, il a critiqué la théorie de Ptolémée sur laquelle s’était basée toute la science astronomique jusqu’au 2ème siècle. Depuis le 6ème siècle avant notre ère jusqu'à Ptolémée qui a synthétisé et rajouté ses propres modèles, on disait que la terre est ronde, mais elle est immobile au centre de l’espace, et autour d’elle pivotent les étoiles qui restent fixes les une par rapport aux autres. Alors qu'aujourd hui le système solaire a le soleil pour centre.

Apport No 2 : obvervation continue et non ponctuelle de l'espace - correction des incohérences de Ptolémée

Depuis le 2ème siècle, l'astronomie a été délaissée. Durant l'âge d'or, deux observatoires ont été créés à Bagdad et Damas. Celui de Damas avait une observation constante pendant un an du soleil et de la lune (alors que les observations de Ptolémée étaient ponctuelles), ce qui a généré des observations et de grandes données complexes à « modéliser » pour les musulmans. Les vraies observations astronomiques ne datent pas du 16ème siècle mais de l'an 827 à DAMAS. Ces observations constantes rajoutent de la complexité aux modèles et identifient bcp d'incohérences par rapport au modèle de Ptolémée. Sur injonction du calife de l'époque, des centaines de chercheurs furent mobilisés pendant des jours, voire des mois pour comparer leurs observations sur un vaste territoire. Ils ont réalisé des sextants géants, permettant de localiser l’endroit exact du soleil dans le ciel (et donc de connaître l’heure des prières etc).

Apport 3 : Première maquette sophistiquée de l'univers sur laquelle Copernic se basera

Albirouni synthétise la différence entre savoirs grecques en astronomie et ceux arabes au 11ème siècle, il est auteur de 180 ouvrages, dont 35 en astronomie pure. Le milieu du 13ème sècle verra la création d'un observatoire au Nord de l'Iran, pour trouver un modèle autre que celui de Ptolémée qui ne tenait pas la route, grâce aux trouvailles des musulmans. Ibn Al Haytham commence à intégrer des variables dans le modèle de Ptolémée qui ne tenait plus. Au quatorzième siècle, Ibn Ach-Chater intègre d'autres cercles  permettant de réaliser UNE MAQUETTE DE L UNIVERS (1372) où la terre est au centre de l'univers et où on peut prédire, grâce à des cercles de différents rayons, comment fonctionne l univers. On atteint alors la perfection du géocentrisme avec la physique ancienne. A ce titre, les chercheurs précisent que toute la géométrie de l'univers qui a été faite par Ibn Achater correspond à la géométrie qui a été reprise par Copernic en 1543, la révolution de Copernic étant que le soleil devient le centre de l univers, au lieu de la terre chez Ibn Achater, mais Copernic garde le mouvement circulaire uniforme, comme les anciens. Il garde le monde organisé en sphères, avec tout le mouvement circulaire uniforme, mais il change l’origine. Il s'agit ici de l'unique aspect qu'il change par rapport à l astronomie ancienne. Autrement, tous ses modèles géométriques sont ceux d Achchater, où il a changé l’origine, seulement. C’est par là que les arabes ont préparé le terrain à la révolution copernicienne et à la renaissance de l Europe.

Posté par lamiak à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les musulmans n'ont-ils fait que recopier sur les gréco-romains ?

Les chiffres sont-ils réellement d'origine arabe? Les musulmans ont-ils réellement apporté de la nouveauté en astronomie? en médecine? En philosophie? N'ont-ils pas fait que recopier ce que leurs homologues gréco-romains avaient inventé des siècles auparavant?

 

Le débat est souvent vif quand il s'agit de discuter l'apport des savants musulmans et si ces derniers n'ont pas fait que "copier" sur les inventions de la civilisation antique.

 

Je presenterai dans cette série, de manière pratique et concrète, dans chaque numéro, un apport de la civilisation musulmane et expliquerai en quoi ce dernier vient valider, compléter ou carrément contre-dire les apports de la civilisation grèco-romaine, en me basant sur un documentaire riche, "L'age d'or de l'islam, lorsque le monde parlait arabe", https://www.amazon.fr/lislam-lorsque-monde-parlait-arabe/dp/B001210VK0

Ce documentaire a été écrit par les deux franco-égyptiens Bahgat El Nadi et Adel Rifaat né Eddy Levy, qui écrivent à quatre mains sous le pseudonyme de Mahmoud Hussein, réalisé par Philippe Calderon, et basé sur nombreux témoignages et récits de chercheurs, historiens de différents pays : Régis Morélon, historien de l'astronomie au CNRS français; Alain de Libéra, professeur de philosophie médiévale, Rodrigo De Zaya, écrivain; José Monleon, directeur de l'Institut de théâtre de la méditerrannée; Izaat Mreidene, professeur d'histoire de la médecine, etc.

Ces chercheurs s'accordent pour dire que les musulmans ont étudié, analysé, critiqué voire revu les apports grecques dans plusieurs domaines. Ils les ont perfectionnés entre le 8ème et le 14ème siècle, ce qui préparera la renaissance du monde occidental qui, entretemps vivait le moyen âge, époque où l’église avait balayé les connaissances romaines et grecques, et où beaucoup de livres ont pu être préservés grâce à la civilisation musulmane...

Quels sont les apports concrets de cette civilisation? Comment complètent-ils ou remettent-ils en cause ceux de la civilisation antique?

Réponse dans les prochains articles...

Posté par lamiak à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2020

Vous n'avez jamais une seconde chance de faire une première impression !

Des rares bribes que l'on réussit à garder de sa période d'études, quelques décennies plus tard, j'ai retenu la phrase prononcée par ma prof de communication durant notre première séance de cours : "you never get a second chance to make a first impression"

Quelques années après avoir entendu cette phrase, durant mes études de doctorat, mon prof, dont le cours était rarement choisi par les étudiants au vu de sa "sévérité", nous disait-on, a été impressionné par l'aspect critique de la première synthèse que j'avais rédigée, suite à la lecture du livre dont je garde encore le titre en mémoire : "the evolution of technology", de Georges Bassala. Entre l'absence d'une définition de l'objet d'étude, "l'omission" des six siècles d'inventions arabo-musulmanes, et d'autres critiques qui ne me reviennent plus à l'esprit, le professeur m'a avoué avoir été obligé de rouvrir ce livre pour s'assurer que mes critiques étaient bien fondées. Il a été surpris de réaliser leur véracité. L'effet fut immédiat : j'étais une élève brillante! Les séances qui ont suivi ont toutes été couronnées de A+, la meilleure note que l'on puisse avoir dans une université nord américaine.

Avais-je réussi le pari de rédiger 14 synthèses sans faute, pour mériter des A+ successifs ? Je crains que la réponse soit un non bien ferme, la connaissance de mes limites étant une de mes quelques vertus. Ce que j'avais réussi, en revanche, en repassant l'ouvrage de fond en comble et en en faisant une lecture critique, quand une simple synthèse avait été demandée, c'était à créer une première très bonne impression chez mon professeur.

Conclusion : n'arrivez jamais en retard à votre premier entretien d'embauche !

Posté par lamiak à 00:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]